Carpe Noctem est en cours d’adaptation en livre audio!

Évadez-vous une minute avec les Encerclés…

(essai d’une cavale audio!)

Essai évasion citadelle de Sisteron

Des vidéos prises lors de nos sessions de travail sont disponibles par là >> 🙂 <<

L’équipe du livre audio:


Johanna Gleise: le texte! (scénario)

Lucie Botiveau: la voix! (lecture / musique)

Tiffany Renart: l’oreille! (adaptation orale)

Kévin Villena (alias Koh’ Qow): le son! (montage son / responsable technique / musique)

Petite histoire du projet…

Tout comme la version papier, l’adaptation audio de « Carpe Noctem » est effectuée de A à Z en totale autonomie et indépendance.

Ce projet a émergé de ma rencontre avec la comédienne Lucie Botiveau qui fait partie de l’Agence de Voyages Imaginaires, basée à Marseille. Lucie m’avait écrit début 2018 suite à sa lecture des Encerclés. Je me rappelle que son frère avait acheté le livre pour le lui offrir lors d’une dédicace à la librairie Gibert Joseph. Il m’avait fait marquer quelque chose de personnel en dédicace et m’avait dit: « à mon avis ce roman est fait pour elle ». Il avait vu juste, le fréro! Mon roman a pris Lucie aux tripes… Après qu’elle m’a écrit nous avons donc échangé plusieurs mails jusqu’à nous rencontrer pour de bon! C’est alors qu’on a décidé sur-le-champ de lier nos passions complémentaires et convictions communes pour créer un livre audio!

Ce projet me trottait dans la tête depuis un moment, j’avais déjà souhaité adapter Les Encerclés en audio mais n’avais pas trouvé de lecteur masculin pour prêter sa voix au narrateur… En rencontrant Lucie, en découvrant sa voix exceptionnelle, ses talents de comédienne, son énergie et sa sensibilité, l’évidence a été directe: il faut qu’on fasse quelque chose ensemble, il faut que cette comédienne soit la voix de Carpe Noctem!

C’était même plus, car Lucie étant aussi musicienne, elle avait à son arc assez de cordes pour produire quelque chose de très original… et ça tombait bien, car je souhaitais surtout que le livre audio soit une création à part entière, à plusieurs âmes, et pas une simple lecture.

Lucie dans la cabane d’enregistrement
(vous apprécierez le décor fermier du studio)

Bref on s’est donc lancées dans ce projet avec une grande motivation mais, je l’avoue, aucune expérience du livre audio! ça n’a pas été un frein, on se disait que le produit n’en serait que plus artisanal et que ce qu’on avait à savoir, on l’apprendrait sur le tas, le moment venu, à la débrouille!

C’est alors que deux autres étoiles sont tombées sur ce projet. C’est drôle car Tiffany et Kévin, pour le coup, étaient déjà mes amis proches depuis plusieurs années. Le projet du livre audio a rassemblé à la perfection nos compétences et passions respectives, toutes complémentaires!

On avait besoin d’un ingénieur du son ou du moins d’un conseiller technique pour tout ce qui concernait le matériel à utiliser, la façon de procéder pour enregistrer, les logiciels de montage son, la création d’un studio d’enregistrement « fait main », etc. Et Kévin est intervenu! Lui-même musicien accompli, il se préparait à entamer une formation d’ingénieur du son, justement, pour une reconversion professionnelle vers les passions qui l’animent vraiment. Comme ça tombait bien! Hop, Kohqow n’a pas seulement été le pote qui vous file un coup de main pour la partie technique, il a pris le projet à coeur et s’en est fait le gardien du son!

Voilà donc comment notre équipe a trouvé son responsable technique, ce merveilleux « connard tatillon » qui entend les défauts auxquels vous n’avez pas pensé, vous fait changer de matériel, envahit vos mails d’instructions techniques (qu’il vous a heureusement donné les moyens de comprendre!), vous fait souvent ré-ré-enregistrer… et vous permet de dépasser le niveau amateur!

Koh’Qow en plein bidouillage

Il y a Tiffany, aussi, évidemment. Vous pouvez l’entendre derrière la caméra quand on filme nos sessions et, si vous avez de la chance, peut-être, l’apercevoir furtivement! Tiffany est l’oreille discrète et indispensable de ce projet, l’oreille de la voix… c’est elle qui veille à ce que le livre sonne juste, à ce que le ton s’accorde au texte, elle aide Lucie à faire vivre le roman! Car la lecture est un art à part entière, parfois très proche du théâtre, parfois très éloigné, avec ses propres spécificités et technicités. Tiffany vous le dira, elle qui a fait ses recherches sur la voix et, entre autres, l’adaptation orale d’un texte. « Viveuse de texte », voilà comment on pourrait qualifier ce rôle!

Elle nous prévient par exemple des erreurs qu’on a tendance à lire naturellement, comme lorsqu’on lit la phrase: « ils se disputèrent violemment ». Pourquoi est-ce qu’on appuie automatiquement le « violemment » en prenant un ton violent? Le terme en lui-même suffit, il est assez explicite, et quand on prend le ton de l’adjectif ou adverbe pour le lire, souvent c’est de trop!

Faire vivre un texte, c’est le cœur du projet!

Les sessions d’enregistrement

Après environ un an de préparation, de mise en place du projet, de recherches de voix, de lectures, de sessions de travail et de premiers enregistrements d’essai, on a élaboré notre studio fixe: c’était en juin 2019.

Selon les instructions de Kévin, on a donc pu installer une « cabane d’enregistrement » digne de ce nom! Un studio fait maison, c’est le cas de le dire, puisque nous l’avons installé dans ma chambre d’enfance, chez mes parents, à Digne les Bains.

Pas de bruits intrusifs extérieurs, une moquette au sol, pas d’objets pouvant nuire aux bonnes conditions d’enregistrement à l’intérieur, un espace encadré de couvertures poreuses aux motifs décalés, un micro relié à un zoom relié à un ordinateur sur lequel tourne le logiciel Ableton…

Entre septembre 2019 et février 2020, Lucie a bien passé quelques centaines d’heures dans cette cabane! En février on a pu enregistrer les dernières lignes du livre, c’est donc dans la boîte comme on dit dans le milieu! A ce jour (mars 2020) il ne nous reste « plus qu’à » faire tout le découpage des enregistrements (supprimer les bafouillages, bêtisiers et mauvaises prises), enregistrer les bruitages et la musique, puis faire tout le mixage et le mastering… Plusieurs mois de travail et de plaisir, donc, avant que le projet ne voie le jour pour de bon!

L’équipe au studio « AudioAlda »

La cabane d’enregistrement étant installée chez mes parents, la maison familiale a rapidement pris des airs de pension-studio! Grâce aux talents de son hôtesse (Alda) l’équipe a pu être généreusement nourrie et bénéficier d’une pension complète de grande qualité! Merci maman!!!

Création entière et collective, enrichie de plusieurs compétences et passions qui se complètent et s’y rejoignent avec énergie, ce projet n’a pas fini de nous amuser!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *